Retour en haut de page

Actualités

Newsletter #1 Slota est là !

Publié le

Découvrez votre nouveau moment Taxi avec la Newsletter Slota ! Des articles sur le marché, des informations métier ainsi que toutes nos actualités. 

Retrouvez le dossier thématique de notre Newsletter #1 “Etat des lieux : bataille Taxis vs VTC”
Cependant, vous pouvez aussi avoir accès à la version complète de notre Newsletter #1, en cliquant ici  

Si vous souhaitez recevoir nos prochaines Newsletters, envoyez un mail à : communication@slota.net
Bonne lecture !

 

La fin de la guerre entre Taxi et VTC ?
Le conflit opposant les Taxis et les VTC dure maintenant depuis plusieurs années et a connu de nombreux rebondissements. En ce début d’année 2018, l’application de la Loi Grandguillaume avec la fin du statut LOTI depuis le 31/12/2017 cristallise les interrogations sur l’avenir du secteur du TPPP (Transport Public Particulier de Personnes) : 2 activités enfin régulées ? Une concurrence enfin assainie ? Un secteur enfin apaisée ? La réalité est et sera à n’en pas douter un peu plus complexe…

 

Une intensité concurrentielle forte malgré tout
En France, le nombre de Taxis en circulation est estimé à 60 000, dont plus de 18 000 rien que pour Paris selon la Préfecture de Police de Paris. Ce chiffre est assez stable depuis quelques années malgré tous les soubresauts qu’a connu ce secteur d’activité sur cette période. Côté VTC, le Ministère des Transports nous donnait le chiffre de « 30 592 macarons définitifs délivrés par l’imprimerie nationale » en juillet 2017. Toujours selon le Ministère des Transports, ce nombre est passé à 26 000 exploitants VTC sur le territoire dont 19 000 rien qu’en Île-de-France au 1er février 2018, soit une baisse de près de 15% en 8 mois… Si le Rapport Thévenoud de 2014 avançait le chiffre de 68 000 comme « la capacité totale du marché du TPPP en Île-de-France », la concurrence reste importante et quotidienne pour les 37 000 professionnels (Taxi + VTC) présents aujourd’hui sur les routes parisiennes.

 

2 virages importants… mais pas encore la ligne d’arrivée
 Le cadre légal & réglementaire, Taxi comme VTC, a pourtant beaucoup évolué depuis 2014 pour (ré)équilibrer le rapport de force entre les Taxis et les VTC. C’est la Loi Thévenoud en 2014 qui sera le 1er tournant dans ce conflit. Elle avait pour objectif principal de réguler ces 2 activités en améliorant la qualité de services des Taxis d’une part (TPE obligatoire, forfait aéroport…) et en contraignant – légèrement – l’essor des VTC d’autre part (maraude interdite, formation obligatoire…). Si la Loi Thévenoud a amélioré le service délivré par les Taxis, la régulation de l’activité VTC n’était clairement pas suffisante pour un marché apaisé. C’est dans ce contexte tendu, socialement et juridiquement notamment pour Uber, que la Loi Grandguillaume est promulguée en 2016. Elle doit aller plus loin que la loi précédente et optimiser les caractéristiques et les conditions de chaque activité. Un nouvel examen organisé par la Chambre des Métiers voit le jour avec un tronc commun de 5 épreuves écrites (sur 7) entre Taxi et VTC, une épreuve spécifique à l’écrit et enfin l’épreuve pratique de conduite. Le statut LOTI, réservé initialement au transport collectif et principal point de crispation entre Taxis et VTC, est interdit depuis le 31/12/2017. Bien que leur nombre était évalué à 15 000 durant l’année 2017, le Ministère des Transports estime que seulement la moitié d’entre eux sont devenus chauffeurs VTC. Uber quantifie la diminution du nombre de chauffeurs à -25% vs. décembre 2017. Face à cette baisse du nombre de chauffeurs disponibles, les plateformes VTC ont augmenté leurs tarifs, impactant négativement la satisfaction de leurs clients. Les Taxis quant à eux ont vu leur popularité repartir à la hausse avec le développement de services équivalents aux VTC (application & géolocalisation pour commander, estimation de la durée & du tarif de la course…).

 

Un conflit aux enjeux bien plus grands
Bien que la situation s’améliore depuis quelques mois, l’équilibre entre les différentes parties prenantes reste fragile et les rapports de force pourraient être chamboulés… Les dernières décisions de la Commission Européenne vont avoir des conséquences juridiques et sociales pour les acteurs du VTC et leur business model. De plus, la notion de « mobilité » évolue et l’offre de services avec. On observe depuis plusieurs années le développement et la consolidation d’un marché européen de la Mobilité couvrant des prestations comme le covoiturage, la Location Courte & Longue Durée, l’autopartage, la télématique embarquée… Dans ce contexte, les enjeux principaux pour les Taxis porteront sur la modernisation et l’amélioration du service. Comment se positionner sur ce nouveau marché et comment tirer son épingle du jeu à moyen-long terme pour la profession ?